Une économie de guerre pour sortir du nucléaire

Deux articles parus ces jours dans le NF évoquent la difficulté à sortir du nucléaire.

Jean-Yves Gabbud fait remarquer dans le NF du 10 décembre que la sortie du nucléaire posait divers problèmes et en particulier celui de la préparation du jour où une centrale serait définitivement éteinte. La perte d’énergie ce jour là devra être compensée par une énergie qui devrait être disponible au même moment. Ce qui signifie qu’à la veille de l’extinction nous disposerions de l’énergie de la centrale ET de l’énergie de remplacement (étant entendu que cette énergie ne proviendra pas de combustibles fossiles ou de nucléaire importé). Cette surcapacité énergétique aura forcément un impact sur les prix du marché et surtout sur nos habitudes de consommation qui vont immédiatement s’adapter à ce surplus, rendant évidemment difficile voir impossible une soudaine coupure d’approvisionnement. Lire la suite

Sortir du nucléaire

Il faut sortir du nucléaire parce que c’est une source d’énergie dangereuse, polluante sur le très long terme et qui provient de ressources importées et limitées. Et on aurait tendance à l’oublier, mais il s’agit également de la technologie qui permet de développer des bombes atomiques.

Je salue donc la décision récente du Conseil fédéral qui tient à ce qu’il n’y ait aucune nouvelle construction de centrales nucléaires.

Lorsqu’on voit la part actuelle du nucléaire en Suisse (40%) comparée à celle des énergies renouvelables hors hydro, on se dit que la tâche n’est pas facile.Si on considère également que notre réseau électrique s’est construit autour de grosses unités de production (centrales, barrages) et qu’on devrait le réorganiser pour avoir une multitude de petites unités, on comprend vite qu’on est face à un défi majeur. Lire la suite