Une économie de guerre pour sortir du nucléaire

Deux articles parus ces jours dans le NF évoquent la difficulté à sortir du nucléaire.

Jean-Yves Gabbud fait remarquer dans le NF du 10 décembre que la sortie du nucléaire posait divers problèmes et en particulier celui de la préparation du jour où une centrale serait définitivement éteinte. La perte d’énergie ce jour là devra être compensée par une énergie qui devrait être disponible au même moment. Ce qui signifie qu’à la veille de l’extinction nous disposerions de l’énergie de la centrale ET de l’énergie de remplacement (étant entendu que cette énergie ne proviendra pas de combustibles fossiles ou de nucléaire importé). Cette surcapacité énergétique aura forcément un impact sur les prix du marché et surtout sur nos habitudes de consommation qui vont immédiatement s’adapter à ce surplus, rendant évidemment difficile voir impossible une soudaine coupure d’approvisionnement. Lire la suite

Décroissance

La décroissance me semble nécessaire pour plusieurs raisons :

  • La terre, et ses ressources minérales et vivantes ont leurs limites et nous nous en approchons à grands pas.
  • Nous faisons partie, la plupart des suisses, du 20% des humains qui accapare 80% des ressources.
  • Elle est bien sûr nécessaire, ou au moins souhaitable pour bien d’autres raisons liées à la qualité de vie, la liberté, l’autonomie et la santé.

Il nous faut donc décroître pour préserver l’environnement, pour un partage équitable et une meilleure qualité de vie. La décroissance concerne donc tout d’abord les hyper-consommateurs que nous sommes. Lire la suite

Sortir du nucléaire

Il faut sortir du nucléaire parce que c’est une source d’énergie dangereuse, polluante sur le très long terme et qui provient de ressources importées et limitées. Et on aurait tendance à l’oublier, mais il s’agit également de la technologie qui permet de développer des bombes atomiques.

Je salue donc la décision récente du Conseil fédéral qui tient à ce qu’il n’y ait aucune nouvelle construction de centrales nucléaires.

Lorsqu’on voit la part actuelle du nucléaire en Suisse (40%) comparée à celle des énergies renouvelables hors hydro, on se dit que la tâche n’est pas facile.Si on considère également que notre réseau électrique s’est construit autour de grosses unités de production (centrales, barrages) et qu’on devrait le réorganiser pour avoir une multitude de petites unités, on comprend vite qu’on est face à un défi majeur. Lire la suite

Bourse Suisse de l’Énergie

La consommation énergétique Suisse continue d’augmenter tandis que plusieurs voix, officielles ou non, prédisent des difficultés d’approvisionnement avant 2020, aggravées par la sortie du nucléaire de plusieurs pays.

On peut considérer l’énergie comme un bien et un mal communs car les nuisances induites par sa production et sa consommation concernent tout le monde.

Sur ces considération, on crée une Bourse Suisse de l’Énergie qui distribue un quota de dépense énergétique pour tous les citoyens et personnes morales. Ce quota permet à chaque acteur d’acheter de l’énergie au prix du marché, local ou international. Les achats dépassant le quota sont taxés (la hauteur de cette taxe permet de fixer la limite supérieure du prix du quota).

La première année, le quota serait égal à la consommation de l’année précédente, par la suite il serait régulièrement réduit pour permettre une décroissance en douceur de la consommation énergétique.

Chaque acteur peut acheter ou vendre ses quotas auprès d’une bourse électronique, ou les donner directement. Lire la suite

Énergie

Etant donnés la croissance continue des besoins énergétiques de notre pays, la nécessité de réduire certaines sources, l’incertitude de certains approvisionnements et les impacts sociaux et environnementaux de leur extraction et/ou utilisation qu’il n’est plus possible d’ignorer :

La politique énergétique suisse devrait tendre vers une décroissance de l’utilisation de l’énergie et une restriction aux énergies durables produites localement, seules solutions pour une Suisse et un monde plus justes, plus propres et plus durables.

Lire la suite